Cours sur la Raison 2023

La raison est un thème important en philosophie. Nous en avons parlé à plusieurs reprises : à propos du rationalisme de Platon, et surtout… dans le cours sur la science, qui au final porte sur la raison scientifique ! La raison est un concept qui mènera plus tard à s’interroger sur l’usage de la raison dans la vie : nous mène-t-elle au bonheur, à la liberté, grâce au recul et à la réflexion qu’elle nous permet d’effectuer?

Question de ce cours : la raison a-t-elle un si grand pouvoir ? peut-elle tout expliquer ?  (partie I : non); et trop utiliser sa raison, n’est-ce pas paradoxalement tomber dans l’irrationnel ? (partie II : cela mène à Dieu puis ultimement aux théories du complot)

Pour cette fiche, ne pas tenir compte pour le moment de la référence au texte de Taleb sur les cygnes noirs, je vous donne le texte à la rentrée et vous l’expliquerai. Ne prenez pas en compte non plus, dans la liste des références, de « Feyerabend », je n’étudie plus cet auteur.

Cours conscience et inconscient séries générales

Le polycopié complet du cours : Conscience et inconscient-cours 2020

Plusieurs diapo et commentaires audio jalonnent chaque étape de l’apprentissage. Les deux premiers commentaires ne fonctionnent pas; pour ouvrir les commentaires, clic droit sur audio, puis clic sur ouvrir dans un nouvel onglet si vous voulez avoir le cours à l’écran.

I- Cours conscience et inconscient-introduction : présentation de la problématique et les deux grandes définitions de la conscience

II- Conscience IA-Descartes  : le cogito, et la substance pensante

III- Conscience IB-Locke– sur Locke et l’identité personnelle

IV- II- L’inconscient freudien, ou la conscience détrônée

Exercices :

  • Exercice 1 : porte sur la partie IA2) : Locke et l’identité personnelle :

Question 1 : qu’est-ce que l’ipséité chez Locke ? à quoi s’oppose-t-elle ?

Question 2 : après un grave accident, je suis devenu amnésique; au nom de quoi devrais-je garder ou non ma carte d’identité ?

Question 3 : lisez l’expérience pensée de Locke intitulée « le prince et le mendiant » :

Il était une fois, un jeune prince qui s’ennuyait à mourir dans son magnifique palais. Tous les jours, à la porte du palais, un jeune mendiant venait demander l’aumône. Les deux jeunes gens avaient à peu près le même âge et se ressemblaient beaucoup. Le mendiant enviait la richesse du prince; le prince enviait la liberté du mendiant. Ils se lièrent d’amitié et un beau jour, le Mage du palais exauça leur voeu : les souvenirs et les pensées du prince se retrouvèrent dans le corps du mendiant, libre d’aller et venir dans la ville; les souvenirs et les pensées du mendiant se retrouvèrent dans le corps du prince, choyé entre les murs du palais. (Locke, Essais sur l’entendement humain, 1698)

Répondez à la question suivante : Après l’échange des corps, qui est le véritable prince, qui est le véritable mendiant?

Fin du cours sur la science classe 712- décembre 2023- Cours que nous aurions dû faire mardi 13/12/22

  • Voici le cours que nous aurions dû faire mardi 13/12/22
  • Rappel du précédent cours.

Après avoir fini la partie I sur la méthode expérimentale/ inductiviste/ empiriste, nous avons commencé la partie II du cours de la science. Il s’agit ici de critiquer nos deux présupposés naïfs exposés en I : non, la science n’est pas absolument vraie, car justement l’expérience n’est jamais une garantie absolue d’objectivité ! 

Nous avons vu en IIA la thèse de Karl Popper, qui nous dit que l’expérience, en science, n’est jamais une preuve absolue. Méfions-nous des confirmations qui peuvent être hasardeuses. La science recourt plutôt à l’expérience comme principe de réfutation (ou falsification) possible de nos théories. L’expérience doit pouvoir mettre en péril une théorie, on doit essayer d’abord d’en trouver la fausseté, avant de la confirmer à tout prix. Je vous rappelle que l’horoscope est un exemple privilégié par Popper pour justifier l’abandon du critère de confirmation comme preuve absolue de la vérité d’une théorie.

 

  • IIB- l’expérience de pensée de la dinde inductiviste de Russell : ici on critique tout le modèle appelé inductivisme scientifique ! -Lisez l’histoire (triste mais cynique) de cette dinde qui applique à la lettre les principes évoqués en I (grand nombre d’expériences, et ce, dans des circonstances variées..). Hélas, elle se fait tuer à cause de sa croyance en la science. Se fonder sur l’expérience c’est dangereux, tout peut devenir faux du jour au lendemain.

Rédigez sur votre poly la transition : Mais les théories scientifiques sont-elles issues SEULEMENT de l’expérience ? La démarche expérimentale est-elle de l’inductivisme pur et simple, tel qu’il a été défendu en II ? 

  • Fin du cours : partie III : l’hypothético-déductivisme

Aujourd’hui on a abandonné l’idéal décrit en I. La science repose certes sur des expériences / observations, mais l’origine des théories repose sur un énorme travail d’interprétation de l’esprit humain. Il interroge la nature, élabore des hypothèses (explications possibles), et en déduit des expériences.. Si les hypothèses ne sont pas réfutées par les expériences, alors, on considère que nos hypothèses/ théories sont vraisemblables, rationnelles. Mais il y a bien INTERPRETATION HUMAINE du réel (pas subjective mais objective).

Pour comprendre cela, lisez le texte de Darwin (IIIA) dans lequel il explique comment il a découvert sa théorie de la sélection naturelle. Voici les réponses aux trois questions :

  1. Certes, ce qui a d’abord influencé D. ce sont des observations: il constate que des espèces lointaines dans le temps et l’espace se ressemblent étrangement (cf. Fossiles de tatou géant = aujourd’hui, plus petits); mais il se pose ensuite des questions, auxquelles les observations ne peuvent répondre : il cherche en fait une hypothèse explicative : et si ces espèces dérivaient d’une même souche ? mais comment alors expliquer leur adaptation parfaite à leur environnement ? Il va donc réfléchir, se documenter, il s’intéresse à la lutte pour la survie, à l’amélioration des espèces par les hommes, etc. Puis un jour il lit un ouvrage de Malthus (cf. page BD dans votre poly) et il se dit « eureka » ! Et si les espèces se modifiaient selon un mécanisme qu’il appela « la sélection naturelle » ?

2. Ce n’est pas une démarche empiriste telle qu’on l’a étudiée en I. Ce n’est pas par induction que comme par magie il a découvert sa théorie. L’esprit humain réfléchit, interprète, émet des hypothèses, qu’il confrontera ensuite aux observations pour voir si ça « marche ».

3. sa théorie n’est donc pas absolument vraie, car ce qu’elle explique, ce n’est pas le réel tel qu’il est en soi mais tel qu’on se l’imagine/ le modélise. L’esprit humain imprègne très fortement les théories scientifiques, qu’on nomme « conjectures » (explications possibles mais rationnelles, en accord avec des expériences)..

Nouveau tableau : l’hypothético-déductivisme

Modèle hypothético

Conclusion : la science n’est pas absolument vraie, mais elle est tout de même la plus rationnelle pour comprendre le monde !

POUR APPROFONDIR : 

Travail facultatif pour la rentrée : visualisez cette vidéo  (c’est sur we transfer, dites moi si ça ne marche pas) : https://we.tl/t-HBcS0s916Y

Question : comment résoudre une énigme policière ? Par l’induction ou la déduction ? Et peut-il y avoir une certitude ?

Corrigé sur le film Matrix (le 5/11/2020)

Vous trouverez ci-dessous des éléments de correction concernant le questionnaire sur le film Matrix.

  • Une bonne copie d’élève sur le personnage de Cypher (la scène du steak et l’explication de la phrase « les ignorants sont bénis ») Matrix-Cypher
  • Pour ceux qui voudraient aller plus loin, je vous joins un article que j’ai rédigé pour un manuel sur la philosophie et le cinéma il y a quelques années : 2 Carole Bline