PHILOCOURS.COM


Contact
Accueil
Cours
Corriges
Methode
Dossiers
Liens
Aide Perso
Fiches Bac
Programmes
Bibliographie
Accès Elèves

 

Accueil > Méthode > Préparation de la dissertation de philosophie

Préparation de la dissertation de philosophie

page créée le 01/01/2003

 

 

Résumé: Vous trouverez ici une fiche qui, à travers un exemple,vous accompagnera lors des différentes étapes de la rédaction de votre dissertation.

liens associés


 

 

 


 

I- Que faire face à l’intitulé du sujet ?

1) souligner tous les termes du sujet

- les définir ; en donner les différents sens

- notamment, le " peut-on " est important : a) possibilité réelle (j’ai les moyens de faire quelque chose) ; b) possibilité morale (j’ai le droit de faire)

2) les mettre en rapport pour reformuler la question

Cet exercice vous permet de chercher : le présupposé (que sous-entend la question ?) ; l’enjeu (que se passe-t-il si je réponds oui ou non à la question ? qu’est-ce qui serait alors à redéfinir, qu’est-ce que l’on perd, qu’est-ce que l’on gagne, etc.) ; enfin, le problème (le fond du sujet, la question de la question) ou la " problématique ", qui est le fil directeur, ce que vous devrez résoudre et ce à quoi vous devrez répondre.

3) exemple : " autrui n’est-il qu’un moyen ou qu’un obstacle ? " 

- autrui : a) définition générale : l’autre que moi ; b) dans une perspective moderne, c’est l’autre sujet/ conscience/ moi (Descartes) ; dans une perspective plus classique, avant Descartes, c’est l’autre homme, tout simplement (cf. Aristote).

- n’est-il : remarquer la formulation négative de la question ; et qu’il s’agit de l’être d’autrui (interrogation ontologique)

- obstacle : ce qui me gêne, m’empêche de faire quelque chose ; mais quoi ? tout ce que je veux, ou de m’accomplir ; ma liberté ; ce qui est donc à éliminer

Mais qu’autrui soit et soit seulement un obstacle, cela suppose :

- que je peux me définir tout seul (ce que semble croire Descartes –cf. le cogito, cours autrui- mais ce que critique Sartre –cf. texte cours autrui- et, dans une perspective plus politique, Aristote –cours Etat texte Politique, I, 2 : l’homme est un animal politique)

- que le mode des rapports entre les hommes (autrui, c’est aussi l’autre homme) ne peut qu’être le conflit (Hobbes, Sartre) ; conception opposée : Rousseau ; notre expérience même : avez-vous spontanément tendance à vous ruer sur les autres dans la rue ? Ne sont-ils que des adversaires, des ennemis ? On peut opposer à cela la pitié ; l ‘existence même de la cité : les autres nous permettent de faire des choses que nous ne pourrions faire seuls (survivre, notamment ; parler, ensuite –cf. les premiers § des Politiques d’Aristote, encore !)

Interroger ce que présuppose, sous-entend, une thèse, permet donc de trouver à la fois ce qui fait vraiment problème dans le sujet, mais aussi, vous le voyez ici, de trouver des arguments pour critiquer cette thèse dans une autre partie

- Moyen : un moyen, c’est quelque chose qui vous sert à obtenir quelque chose d’autre ; il s’oppose à la fin, qui elle, ne sert à rien d’autre mais existe pour elle-même; c’est quelque chose qui n’a pas de valeur absolue, mais seulement relative. Si autrui est un moyen, vous le considérez donc comme ayant seulement une valeur relative. Vous pouvez vous en servir pour autre chose, comme monnaie d’échange, etc. Autrui n’est alors qu’une chose.

Il faut alors se demander pourquoi on suppose ici qu’autrui ne pourrait être qu’un moyen : ne serait-ce pas parce qu’autrui nous apparaît d’abord comme une chose du monde, puisque je ne vois ou n’appréhende de lui que son corps, son aspect extérieur ? (ne serait-ce pas la conséquence ultime de la conception cartésienne de l’homme comme sujet et comme conscience ?). Cela serait aussi ce qui mène à concevoir autrui comme un obstacle (point commun de ces deux termes …, à creuser)

Ici, on répondra bien entendu que on peut se rapporter à autrui autrement : nous le respectons, nous le considérons comme quelqu’un et non comme quelque chose, comme quelqu’un qui est non un moyen mais une fin en soi, i.e., qui a une valeur absolue, envers qui j’ai des responsabilités, qui m’enjoins de ne pas me tuer … (Kant, impératif catégorique, cours autrui et droit) cf. enjeu: rapports entre les hommes = harmonieux ou non etc.

Et dès lors, qu’on doit se rapporter à autrui autrement qu’en termes d’obstacle ou de moyen ! (non plus possibilité physique/ réelle, mais devoir moral)

Le problème ultime posé par le sujet est donc de savoir si autrui est une chose ou une personne, et si je peux être sans autrui. Il s’agit de savoir si l’homme est un être intersubjectif ou non, qui a besoin des autres pour se définir ou bien si nous sommes seulement des sujets, n’ayant besoin de rien d’autre que nous mêmes pour exister. L’homme est-il un animal politique ?

Présupposé : autrui serait bien un obstacle ou un moyen, mais n’est-il que cela ? cela est-il la définition même, ou encore la constitution même, d’autrui ?) ; il s’agit donc de savoir pourquoi ou comment on peut être amené à dire ça, et de trouver une alternative

 

II- L’introduction

C’est une mise en forme du travail préparatoire. Doivent donc figurer dans une introduction :

- les définitions des termes (qu’on appelle des concepts)

- la (les) reformulation (s) de la question, le présupposé, l’enjeu, le problème (qui doit être amené par toute une série d’interrogations ; à la suite de quoi vous aboutissez à la formulation du problème véritable posé par la question, pour montrer au lecteur de votre copie que c’est ce problème-ci que vous allez vous attacher à résoudre)

- vous pouvez évoquer votre plan, mais toujours sous forme de questions (soit vous l’évoquez suite à la position explicite du problème, soit avant juste avant d’arriver au problème)

(si vous bloquez sur les termes à utiliser, regardez tout simplement cette réponse faite à un élève sur le forum)

III- Le développement

1) Le développement est la réponse argumentée au problème.

a) C’est-à-dire que vous devez y répondre médiatement, en prenant en compte diverses solutions du problème (qui sont confrontées) ; chaque partie doit envisager une solution différente, et vous devez à chaque fois justifier cette solution (même si vous n’y adhérez pas).

Pourquoi et comment peut-on soutenir telle réponse ? En prenant les termes du sujet en quel sens ? Quelles difficultés pose cette réponse ? Peut-être son présupposé n’est-il pas valide ? Peut-elle rate-t-elle un aspect important des termes en question ?

Pourquoi et comment peut-on soutenir telle autre thèse ? Vous partez pour cela des difficultés soulevées par la solution première : peut-être devrez-vous attaquer son présupposé, ou bien le caractère partiel de ses définitions, etc.

Vous ne faites donc pas quelque chose du genre : " oui " ; " non " mais vous argumentez réellement : vous dites pourquoi et comment on peut soutenir une thèse, et si vous la critiquez ou ne la soutenez pas, vous montrez pourquoi ; si vous soutenez une autre thèse, ce n’est pas la thèse strictement opposée ; exemple : vous avez répondu oui et ensuite non, certes ; mais dans les deux parties, les termes du sujet ont un sens différent, le présupposé n’est plus le même, etc. Sinon, on ne voit pas pourquoi " oui " et ensuite " non "…

b) Souvent, votre plan sera de la forme suivante :

I- Opinion commune (qui sera rejetée) : exposition de la thèse (en précisant, j’insiste, en quel sens sont pris ici les termes du sujet) ; arguments en sa faveur (pourquoi et comment peut-on soutenir une telle thèse) ; difficulté (s) soulevée (s) (elle ne rend pas compte d’un autre aspect du concept ; elle part d’un présupposé qui est contestable ; son raisonnement ne tient pas, etc.) – attention : cette ou ces difficulté (s), vous commencez à la/ les soulever, en vous posant des questions (" mais, si certes on peut dire que …, ne faudrait-il pas pourtant … ")

II- A partir des difficultés soulevées, on passe alors à une seconde partie ; nouvelle question, développement de la difficulté, et comment on peut résoudre cette difficulté à l’aide de la nouvelle thèse

Etc.

Exemple : " autrui…. " :

II- mais dire que (…) cela ne présuppose-t-il pas telle conception de l’homme, telle définition d’autrui ? Or, autrui ne serait-il pas au contraire essentiel à mon être ? etc.

 

2) Quelques précisions

a) l’utilisation des exemples :

ils ne doivent jamais remplacer une idée et /ou faire office de justification d’une idée. Un exemple ne démontre rien, car on peut toujours lui opposer d’autres exemples.

Cf. Socrate et l’invention du concept : à la question " qu’est-ce que la beauté ", Hippias lui répond par une énumération successive : la beauté, c’est une belle fille, une belle jument, etc. Socrate ajoute alors ironiquement : et une belle marmite ! Ce qu’on veut savoir, c’est ce qui peut s’appliquer à toutes les choses qu’on dit belles, i.e., pourquoi elles sont belles. Ce qui est essentiel à la définition de la beauté, et non ce qui lui est accidentel.

b) utilisation des références philosophiques :

Elles sont essentielles, si vous voulez justifier vos réponses, et, il faut bien le dire, pouvoir trouver les questions de votre plan, ainsi que le problème même posé par le sujet. Mais attention : vous ne devez pas faire un exposé d’histoire de la philosophie. Ce serait encore une énumération.

Vous devez absolument bannir les plans du type : I- Oui (Platon) ; II- non (Kant).

Ainsi que les formulations du type : " Pour Platon …"

Comment faire alors ? Vous devez amener ces références par votre questionnement. Il faut en quelque sorte savoir " ruser " : par exemple, si vous connaissez bien la thèse d’un auteur ou d’un mouvement de pensée concernant le sujet, vous allez soigneusement reconstituer toutes les étapes de l’argument, qui est une réponse possible à la question posée ; puis, vous allez formuler une question (celle à laquelle répond cet argument, ou celle dont l’argument peut être la réponse argumentée) s’insérant dans votre plan. Alors, vous pourrez répondre à votre question à l’aide de cet auteur.

Citez l’œuvre à laquelle vous vous référez en la soulignant.

Plutôt que le résumé d’une doctrine, on préfère un texte ou un argument précis (d’où l’utilité des fiches !)

N’oubliez pas de traiter toujours du sujet, en répondant de temps en temps explicitement à la question (exemple : développement de la thèse d’un auteur ; retour au sujet). Ni de montrer en quel sens l’auteur prend les termes du sujet.

c) utilisation des concepts

Elle me paraît encore plus impérative que l’utilisation des références aux auteurs ou mouvements de pensée. Vous devez non seulement utiliser des définitions précises, en cherchant toutes les caractéristiques des notions en jeu dans l’intitulé, mais encore, vous référer à ce à quoi elles s’opposent.

 

Accueil > Méthode > Préparation de la dissertation de philosophie
© Philocours
Accueil | Haut de page